Ordre des Prêcheurs

Ordre des Prêcheurs

L’Ordre des Prêcheurs – plus souvent connu comme «Dominicains» – est composé par des Frères, des Moniales, des Sœurs, des Laïcs et Consacrés dans le monde entier.
Apparemment, rien paraît plus diversifié. En effet, les cinq branches qui le composent sont  réciproquement complémentaires et leur liaison est tellement profonde qu’ils deviennent une communion et une famille: la famille dominicaine.
Tous les dominicains partagent l’esprit d’amour pour la Vérité et la Liberté; la vocation à annoncer l’Évangile; la source, représentée par Saint Dominique et ses premiers frères; la passion, qui est Jésus Christ et nos frères, auquel et auxquels ils ont dédié leur vie; l’engagement constitué par une prière vraie et profonde, qui devient communion avec Dieu pour le service des frères.

 

Les Frères

Celui qui dit «prêcheur» dit «prédication», une dénomination qui reste toujours actuelle, voulue et choisie exprès par le Pape Honorius III, qui bien souligne l’idéal posé par Saint Dominique au début de la fondation de l’Ordre.
«… Notre particulière mission est le devoir prophétique d’annoncer l’Évangile de Jésus Christ, à travers nos paroles et notre exemple, en tenant toujours compte de la situation des gens, des temps, des lieux. Le but de notre mission est faire surgir la foi et lui permettre de pénétrer plus profondément dans la vie des hommes, en prévision de l’édification du Corps du Christ, qui sera parachevé par les sacrements de la foi». (LCO 1, V).
La Règle de Saint Augustin et les Constitutions de l’Ordre des Frères Prêcheurs donnent corps à l’idée de Saint Dominique, la proposent et la programment, même dans les moindres détails.
Pourtant, il faut préciser que toute norme est faite pour le frère, et non le frère pour la norme. Ce respect vers les gens était présent dès la primitive législation monastique, et le recours occasionnel à la dispense était prévu par la tradition monastique. Le principe de la dispense est accepté aussi par Saint Dominique, mais il s’agît d’un type très différent.
Dans la législation d’un Ordre établi pour la prédication et le salut des âmes, où l’étude est finalisée à rendre capables d’«être utiles aux âmes des frères», la dispense devient une partie intégrante de la loi même: la responsabilité d’un supérieur face à la mission de l’Ordre devient plus importante que la législation même.
La formule dominicaine de profession exprime, elle aussi, une vive originalité: on ne promit pas de respecter une règle, mais d’obéir au Maître Général, en accord avec la Règle de Saint Augustin et les Constitutions de l’Ordre.
La Règle des Frères Prêcheurs en définitive n’est qu’une convention collective, au fin de réaliser, autant que possible pour des créatures humaines, l’harmonie et l’équilibre pour des gens qui sont toujours sous tension entre les exigences de l’idéal et les situations concrètes.
Au fin d’achever cet idéal, Saint Dominique a indiqué quatre points cardinaux:

  • La Vie en Commun
  • Les conseils évangéliques
  • La prière
  • L’étude

Ces éléments rendent la vie du frère prêcheur essentiellement apostolique, sans séparation entre moyens et but.

Vie en Commun

Les frères Dominicains vivent dans un convent qui est lieu de communauté ( toujours à inventer) parce que la communion n’est jamais une réalité déjà faite, mais il faut la bâtir jour après jour. Les frères vivent ensemble, et essayent de s’accorder pour réaliser peu à peu une «unanimité» délicate et précieuse, qui puisse garantir la vie en commun, avec ses engagements, ses rythmes, ses gestes.
Chacun est responsable pour toute chose: à commencer de l’atmosphère spirituelle, jusqu’au nettoyage des endroits, l’accueil des hôtes, l’engagement au silence, à l’étude, à la prière, à l’écoute, au service, et tout ça sans aucune charge spécifique ni rôle préétabli.
Le supérieur des couvents dominicains se pose comme devoir prioritaire celui de favoriser les initiatives au fin de susciter la vitalité conventuelle et apostolique des frères.

Conseils évangéliques

Une façon toute particulière pour réaliser dans sa propre vie la fidélité au seul grand commandement de l’amour, est celle de se lier à l’obéissance d’un supérieur et de vivre pauvre et chaste comme Jésus Christ.
Il s’agît d’une invitation faite par le Sauveur à ceux qu’il choisit, qu’il garde pour Soi-même, et qui peut être accueillie seulement par celui qui est vraiment libre et veut se maintenir tel, ou mieux encore, souhaite croître dans cette liberté.

Obéissance

Le fondement de la profession dominicaine est l’obéissance: «une seule promesse est exprimée par notre profession, c’est-à-dire celle d’obéissance au Maître de l’Ordre et à ses successeurs, suivant les lois des Frères Prêcheurs : ainsi l’unité de l’Ordre et de la profession est garantie, parce qu’on dépend du seul supérieur, auquel tous s’engagent à obéir» (LCO 17, II).
Le vœu d’obéissance est bien au-delà du commun est escompté concept de la disponibilité personnelle: le frère s’engage à l’écoute continue des provocations du monde où il vive et au même.

Ordre des Prêcheurs ultima modifica: 2016-05-08T12:05:08+00:00 da toni fontana