Sculpture

À suivre, certains des monuments de majeure valeur de la Basilique des Saint Jean et Paul.

Monument du Colleoni

La Sérénissime décida d’ériger le monument «devant la Grande Ecole Saint-Marc». Un concours fut ouvert, et André del Cione dit Verrocchio († à Venise en 1488), maître du grand Léonard, en sortit vainqueur. Verrocchio arriva à Venise en 1481 portant avec soi «le cheval en carton». La mort le surprit avant qu’il ait pu couler son chef-d’oeuvre. Il avait désigné comme successeur son concitoyen et disciple Laurent di Credi, mais la République lui préféra Alexandre Leopardi. Le modèle est pourtant sûrement de Verrocchio, retouché quelque peu par Leopardi. Le socle, très beau, est tout de ce dernier.
Le 21 mars 1496, fut inaugurée l’oeuvre admirable, resplendissante sous sa patine d’or, dont il ne reste plus que d’infimes traces.

Monument du doge Léonardo Loredan

Suit le monument du doge Léonard Loredan († 1521), élevé en 1572. L’architecture est de Jérôme Grapiglia; la statue du doge de Jérôme Campagna; les statues allégorique  de Venise (à gauche), de la ligue de Cambrai (à droite), de l’Abondance et de la Paix (dans les entrecolonnements) et les bas-reliefs, sont de Danese Cattaneo, disciple de Sansovino.

Monument du doge Thomas Mocenigo

Monument du doge Thomas Mocenigo († 1423). L’oeuvre, qui marque le début de l’heureuse expansion du style de Donatello, (voir le guerrier de l’angle gauche du sarcophage, qui rappelle le St. Georges de Donatello), date de 1423, signé Pierre de Maestro Nicolò Lamberti, florentin et Jean di Martino de Fiesole. C’est une oeuvre de transition de l’art gothique à la Renaissance, avec des éléments vénitiens et les formes toscanes. Baldaquin typique saisi en haut dans un bouquet de fleurs flanqué de deux lions rampants. Grand cadre architectonique à six saints, qui rappelle les tableaux d’autel. Sur la face du sarcophage, les vertus théologales et cardinales. Au sommet, la Justice. Le doge est enseveli sous la pierre que l’on voit aux pieds du monument; avec son père Pierre, Procureur de Saint-Marc.

Mausolée des Mocenigo

La façade intérieure est entièrement occupée par le mausolée des Mocenigo. Au centre est placé le monument du doge Alvise 1er Mocenigo († 1577), et de son épouse Loredana Marcello. Six pilastres cannelés d’ordre corinthien ordonnent l’ensemble en cinq sections. Au sommet du portail ogival règne la blason de famille. Dans les deux panneaux extrêmes inférieurs, campent les statues de Saint Pierre et Saint Georges, autrefois rattachés au monument de Pierre Mocenigo. Les sections intérieures se parent au-dessus des frontons de bas-reliefs représentant le Doge en prière et une Audience du doge, attribués à G. Campagna (fin du 18è siècle).
Au plan supérieur, à gauche sur un lit de parade en marbre gris, repose la figure du doge; à droite, l’effigie, de son épouse. Entre les deux sarcophages, s’animent les statues de la Vierge, du Rédempteur et de Saint Marc. L’oeuvre, en pierre d’Istrie, de ton classique, fut commencée par Jérôme Grapiglia en 1580, et terminée par François Contin en 1646.

 

Sculpture ultima modifica: 2017-10-27T16:14:52+00:00 da Angelo Preda