Chapelle du Bienheureux Jacques Salomoni

Au sommet de l’arc lancé au-dessus de la nef, s’inscrit un écusson portant la sigle SNDB (Sit Nomen Benedictum), il rappelle que cette chapelle était réservée à l’Ecole du Nom de Jésus, érigée en 1563. Aux débuts elle était gothique comme le relève le style de l’abside à l’extérieur, mais en 1639, on lui donna son aspect baroque actuel.

Le plafond est décoré de stucs blancs et noirs, illustrés par G.B. Lorenzetti, des figures de Jésus Sauveur et de trois personnages de l’Ancien Testament qui ont porté son nom: à gauche l’auteur de l’Ecclésiastique (Jésus fils de Sirach) à droite le premier Grand Prêtre après l’esclavage de Babylone (Jésus fils de Josedech), et du côté de l’entrée, le grand condottière Josué (Jésus Nave).

Sur l’autel, La Crucifixion et La Madeleine de Pierre Liberi. Sur les parois latérales la Circoncision et le Baptême de Jésus de Pierre de Méra dit  le Flamand, (fin du 16è et début du 17è siècle). Mathieu Ingoli de Ravenne a peint les parties hautes, les anges musiciens et l’Eternel.

En retrait sûr le gradin de l’autel, le sarcophage de verre conserve les restes du B. Jacques Salomoni (1231-1314), dominicain du couvent, invoqué contre les tumeurs.

Au sol, face à la chapelle du Bienheureux Jacques Salomoni, la tombe du décemvir Alvise ou Ludovic Diedo, qui sauva en 1453 la flotte vénitienne à Constantinople. C’est un chef-d’oeuvre de niellure et selon Canova «un vrai joyau d’art».

Chapelle du Bienheureux Jacques Salomoni ultima modifica: 2016-05-08T11:44:27+00:00 da toni fontana