Basilica > Exterieur > Édifice

La façade est de style gothique conventuel, divisée en trois, avec rosace centrale, et deux roses latérales. Dans les trois clochetons au-dessus de l’entablement, de gauche: logent Saint Thomas d’AquinSaint Dominique,Saint Pierre Martyr, et au-dessus en guise de pignon apparaissent un aigle (St. Jean l’Evangéliste), l’Eternel, le Lion de Saint Marc. Les arcs gothiques, de choque côté du portail, abritent de gauche, les sarcophages de Marin Morosini; des doges Jacques Tiepolo et son fils Laurent, de Marc Michieli, et celle des frères Daniel et Pierre Buono.
Le portail fut construit avec six colonnes achetées à Torcello et portées à SS. Jean et Paul en 1459. Auteurs de l’oeuvre sont: Barthélemy Bon que atteignit la hauteur des chapiteaux; le Maître Dominique de Florence pour avoir complété la frise, et un certain Maître Luce, auteur de la corniche et de l’encarpe de guirlandes.
Sur les trumeaux des arcs, deux sculptures byzantines du 13è siècle: l’Ange et la Vierge de l’Annonciation. Au pilier d’angle, à droite: Daniel parmi les lions, bas-relief à inscription grecque, peut-être du 6è siècle.


Sur les flancs de la basilique, entre les deux premiers contreforts, les sarcophages de Français Zen, Jean Barisano et Marin Contarini. L’édifice rectangulaire suivant était l’Ecole du Très Saint Nom de Jésus. Le deux portails appartenaient à l’Ecole de Saint Pierre Martyr, qui fermait la place à la hauteur de la chapelle gothique du Bienheureux Jacques Salomoni.
Autour de l’abside de la chapelle du Bienheureux Jacques Salomoni (autrefois dédiée au Très Saint Nom de Jésus), on aperçoit le pavement original de la place, en terre cuite.
En continuant, portail latéral de la Basilique. Sur le tympan, le buste de Jean Donà, oeuvre de A. Vittoria: l’original est ou Palais Ducal. Après la chapelle de Saint Dominique (1690), on peut admirer de l’extérieur la grande et célèbre verrière gothique.

En bas un portail rustique, lui aussi découvert et installé ici en janvier 1964, rappelle que sur la place se trouvait aussi le cimetière des Trentins (Val di Ledro).
Très important pour l’histoire de la peinture vénitienne est l’édifice suivant, la fameuse chapelle ou Ecole Sainte Ursule, construite en l’année 1300, pour laquelle Victor Carpaccio peignit à la fin du 15è siècle le fameux cycle de toiles enlevées au début du 19è siècle et aujourd’hui à la Galerie d’art de l’Académie.
Les Pères Dominicains y habitent depuis 1810; les murs de la chapelle sont intacts pour l’essentiel. Dans ses murs est placée la tombe des deux frères Jean et Gentil Bellini.
Splendide, majestueuse, certes le plus bel exemple d’architecture ogivale du 14è siècle à Venise, est l’imposante abside de la Basilique. La galerie est le dernier vestige d’art roman. Dans le jardin, quelques sarcophages gothiques, dont quelques-uns viennent du Cimetière de l’Ecole Sainte Ursule.

Édifice ultima modifica: 2016-05-08T11:39:11+00:00 da toni fontana